En file indienne

ChenilleNids blancs tissés de fils de soie, facilement repérables dans les couronnes, rameaux défoliés: les chenilles processionnaires sont de plus en plus présentes. La processionnaire du pin est un papillon de la région méditerranéenne qui s’attaque aux pins et cèdres, plus rarement mélèzes, sapins et épicéa. Avec le réchauffement climatique on le trouve depuis quelques années également dans les vallées du Tessin, du Valais et dans la région du Lac Léman. Elles étendent progressivement, depuis les années 80, leur aire de répartition en altitude, jusqu'à 1400 mètres en Valais.

Cycle de vie

Ces nids qu’on voit ces jours partout dans notre commune sont aussi gros que la taille d'un poing, leur servent de lieu d'hibernation. Elles s'alimentent d'aiguilles de pin aux heures de la nuit. Durant la journée et par temps frais, elles se rassemblent en groupes pouvant compter plusieurs centaines d'individus et se retirent dans les nids qu'elles ont construits aux extrémités des branches. Entre mars et mai, parfois déjà en février, les chenilles descendent en se suivant en file indienne ("en procession") le long du tronc pour gagner la litière où elles passent au stade de nymphose. Une période critique pour la population, dans la mesure où chaque chenille est potentiellement capable de libérer, au moindre stress, un million de poils urticants.

Conséquences pour la santé

La chenille processionnaire du pin est un insecte dangereux pour les humains et les animaux. Les poils urticants de ces chenilles constituent un danger pour les humains et les animaux domestiques.

Ces minuscules harpons disséminés dans l'air provoquent d'intenses démangeaisons, des réactions allergiques et peuvent avoir des conséquences graves avec un risque de lésions plus graves pour les yeux et les voies respiratoires. Les animaux domestiques ne sont pas épargnés par ce phénomène, les cas de nécrose de la langue chez les chiens étant fréquents et souvent mortels.

Méthodes de lutte

Il y a plusieurs moyens de lutte contre ce papillon dont la plupart d’entre eux est réservés aux professionnels comme l’installation de pièges à phéromones pour les adultes, l’installation de pièges mécaniques pour les chenilles et les traitements occasionnels au moyen de produits biologiques (Bacillus thuringiensis).

La méthode la plus simple et efficace dans les jardins privés est d'éliminer les nids mécaniquement ou de faire appel, le cas échéant, à des paysagistes professionnels. Pour éviter le contact, il faut couper les nids en hiver au sécateur à rallonge et les détruire par le feu, avant que les chenilles ne se réveillent de leur repos hivernal et ne prennent la direction du sol. Il faut se bien protéger en mettant des gants, un masque et des lunettes de protection car la manipulation des cocons n'est pas sans danger. Il faut les mettre dans un sac, le fermer hermétiquement pour qu’il puisse être brûlé à l'usine de traitement des ordures du Valais central (UTO). La pose de nichoirs attirer d’ailleurs les oiseaux prédateurs…qui se nourrissent de ces chenilles…