Journées internationales d’observation des gypaètes 2018

Panneau resized

Le gypaète barbu - oiseau emblématique de nos régions

Le gypaète barbu est un charognard : il se nourrit principalement de carcasses d’ongulés sauvages. Il ingère les os en entier et les digère complètement, grâce à des sucs gastriques très acides. Lorsqu’un os est trop gros, il le lâche sur des rochers afin de le briser, d’où son nom de casseur d’os. Les gypaètes sont reconnaissables de loin grâce à leur silhouette lorsqu’ils volent et une envergure de près de trois mètres.

Une douzaine d’intéresses s’est retrouvé au Pas de Maimbré pour participer aux 13es journées internationales d’observation des gypaètes qui se sont déroulées du 6 au 14 octobre 2018 avec un accent tout particulier sur le samedi 6 octobre 2018. Plusieurs centaines de professionnels et amateurs d’ornithologie de Suisse, de France, d’Autriche et d’Italie se sont retrouvés ce jour à différents points des Alpes européennes pour observer les gypaètes. Le but d’une telle action est d’effectuer une estimation du nombre d’individus composant la population alpine. Donc au moins cinq heures au poste fixe, muni des jumelles, longue-vue et appareil photo, crayon, carnet, pique-nique, et bien sûr de bons vêtements et chaussures en guettant le ciel… c’est le matériel de base… et puis beaucoup de patience ! Malgré une météo qui n’était pas au beau fixe, le gypaète a passé à deux reprises au Pas de Maimbré ce jour-là !

La méconnaissance, les fausses interprétations et les légendes ont mené à une extermination complète de l’espèce dans les Alpes à la fin du 20e siècle. Aujourd’hui, ce majestueux habitant des Alpes est de retour, grâce à un projet de réintroduction qui a débuté en 1986. 10 ans plus tard, naissait le premier gypaète sauvage en Haute-Savoie. En 2017, soit 10 ans après la naissance du premier gypaète valaisan, au moins cinq couples ont réussi leur nidification dans le canton. Après cette réussite, le projet de réintroduction entre dans une nouvelle phase, celle du suivi, de la protection accrue et de l’expansion de la population européenne.

 

T’as où ton gypaète ?

Willenegger beim Zeichnen von Anzre bdConférence et exposition le vendredi 25 novembre 2016: «Le Gypaète barbu: avancée du programme de réintroduction et suivi en Valais»

Comme cela a été discuté lors de notre assemblée générale du 19 février dernier, « Le Rougegorge » a entrepris les démarches auprès du Réseau Gypaète Suisse occidentale afin de parrainer un jeune gypaète.

La bonne nouvelle est tombée cet été : notre association est devenue la fière marraine d'un jeune volatile qui a pris son envol le 10 juillet 2016 avec élégance, issu d'un couple ayant niché à Derborence. Pour trouver un nom à l'oiseau parrainé, l’inventivité de nos membres avait été sollicitée lors de la dernière AG. Après dépouillement de leurs propositions, ce jeune gypaète répond désormais au nom « Anzère», qui a recueilli une majorité des suffrages.

François Biollaz, biologiste et responsable du Réseau Gypaète Suisse occidentale, nous parlera en détails de ce magnifique oiseau ainsi que de l’avancée du programme de réintroduction en Valais. Laurent Willenegger, peintre-naturaliste qui eut la chance d’immortaliser dans une aquarelle « notre » jeune gypaète en train d’être nourri exposera quelques-uns de ses œuvres. Le livre extraordinaire « L’envol du gypaète » d’Antoine Rezer & et Jean-Luc Danis ainsi que des aquarelles et publications de Laurent Willenegger seront en vente.

Photo: Laurent Willenegger

Le Gypaète « Anzère » reste en vol!

« Le Rougegorge » a reçu la demande suivante de la commune pour soutenir la création d’un :  Gypaète en bronze au Pas de Maimbré

Suite à une séance extraordinaire du Comité, « Le Rougegorge » a décidé de soutenir ce projet en invitant tous ses membres à contribuer à la réalisation de ce projet.

Vous pouvez verser le montant de votre choix sur le compte de l’association : Banque Raiffeisen Sion et Région, IBAN CH 90 8057 2000 0104 3671 7  (mention « Gypaète en bronze », délai : 30 avril 2018)

Nous nous portons garants que cette somme ne sera utilisée exclusivement qu’à ce projet ! Le sponsoring sera mentionné collectivement : « Membres Le Rougegorge »

A des fins scientifiques et didactiques, nous envisageons de créer un panneau explicatif qui sera installé à proximité du bronze.

Le Comité