PROFITER SANS DÉRANGER

210317 Stoerungen Uhu Ralf Kistowski rez

 Les restrictions actuelles encouragent toujours plus de Suissesses et de Suisses à s’adonner à des activités de loisirs en plein air. Profiter de la nature implique de partager les grands espaces avec la faune locale. Il faut donc veiller à ce qu’elle ne pâtisse pas de notre délassement. 

Les journées qui se rallongent et le retour de la neige présagent de moments de détente au grand air pour ce week-end et ceux à venir. De leur côté, certains oiseaux commencent déjà à s’installer pour la saison de reproduction. Ils sont particulièrement vulnérables à cette période, et les dérangements peuvent vite occasionner des dégâts.

C’est pourquoi il est important de respecter les zones de tranquillité et de rester sur les sentiers balisés lors de promenades en forêt ou à la montagne. Dans tous les cas, il est impératif de garder ses distances avec les oiseaux et de ne surtout pas les déranger au nid. Photo © Ralf Kistowski

Profiter de la nature dans le respect de l’avifaune

Pour pratiquer nos loisirs en plein air et profiter de la nature tout en la respectant, elle et ses habitants, il convient de :

  • respecter les zones de tranquillité
  • rester sur les sentiers balisés
  • garder ses distances avec les oiseaux
  • ne surtout pas gêner les oiseaux au nid

Communiqué de presse de la Station ornithologique suisse 17.03.2021

 

 

LE LOUP OU L’ARBRE QUI CACHE LA FORÊT

François Turrian résume ici la position de BirdLife Suisse sur l’actualité de la protection de la nature.

Depuis le rejet par le peuple suisse de la révision de la Loi sur la Chasse et la Protection des mammifères et oiseaux sauvages LChP, en novembre dernier, que s’est-il passé ?

D’abord, sous l’impulsion des associations de protection de la nature dont BirdLife Suisse, la Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie CEATE du Conseil national a travaillé à un nouveau projet de révision tenant compte de la volonté exprimée par une majorité du peuple de trouver une solution plus équilibrée tant pour régler les conflits entre les grands prédateurs et l’élevage que pour améliorer les conditions d’existence de nombreuses espèces d’animaux sauvages. L’initiative parlementaire déposée par une majorité de la CEATE-N demandait d’une part une régulation pragmatique des loups, parallèlement à un renforcement de la protection des troupeaux et à d’autres mesures visant à la cohabitation du loup et de l’homme. D’autre part, il s’agissait de renforcer la préservation de la biodiversité
à travers une conservation plus stricte des espèces menacées et des corridors faunistiques.

Lire la suite ici BirdLife ...

 

 

Nichoirs à martinets noirs - Maison de la Nature à Sion

ResizerImage500X750

 Lors du recensement des martinets noirs à Sion, nombre de ces oiseaux ont été observés se nourrissant sur les eaux du lac de Montorge, mais aucune colonie n'a été trouvée à proximité.

Pour cette raison, Le Rougegorge a proposé en 2019 à la ville de Sion d'apposer des nichoirs à martinets noirs sur le bâtiment de la Maison de la Nature. Cette démarche s’est poursuivie en collaboration avec l’Antenne valaisanne de la Station ornithologique suisse et Bertrand Posse notamment.

Des nichoirs sophistiqués à martinets noirs ont été fabriqués par les ateliers martignérains de la Fondation St-Hubert et posés récemment, en février 2021.

Ces nichoirs offriront de nouvelles demeures aux martinets du centre-ville de Sion, dont les colonies sont à long terme menacées par la rénovation des toitures, celle-ci causant la disparition de leurs cavités de nidification.

Nous remercions la ville de Sion qui prend en charge les coûts de la pose des nichoirs par les employés du tri forestier du Cône de Thyon.

Nous remercions également la maison Titzé Centre Optique à Sion qui soutient financièrement ce projet depuis son début.

Le Rougegorge a financé les 10 nichoirs faits sur mesure pour la Maison de la Nature.

ResizerImage500X3332  ResizerImage500X333 

 

La chevêche d'Athéna est l'oiseau de l'année 2021

BL VogeldJahres1Resized 

 

BirdLife Suisse a élu la chevêche d‘Athéna « Oiseau de l'année 2021 ». Ce petit rapace nocturne symbolise les beaux succès auxquels des projets de conservation peuvent aboutir. Il illustre également les conséquences du manque d'importance donné à la biodiversité dans les politiques publiques liées à l’aménagement du territoire et à l’agriculture. Ses yeux magnifiques et son appel miaulé semblent nous inviter à la considérer comme une ambassadrice de choix de la qualité des paysages cultivés et de l’infrastructure écologique. Photo : Martin Becker

 

 

 

Le sacre du printemps

Kohlmeise Garten Resized


La virtuosité de certains oiseaux sonne le glas de l’hiver et le retour des beaux jours. Chaque espèce dispose d’un calendrier bien à elle pour pousser la chansonnette.

Le chant possède une fonction importante pour l’avifaune, puisqu’il constitue un prélude à la saison des amours.

Les jours se rallongent, le mercure remonte : pas de doute, le printemps pointe le bout de son nez. En tendant l’oreille, on ne peut pas manquer de remarquer que les oiseaux recommencent à chanter.

Si le chant des oiseaux se fait davantage entendre quand les températures sont plus élevées, il n’en dépend pas.  Lire la suite sur le site de la Station ornithologique suisse.

 

 

Ne déplacez pas les oisillons à terre !

page 2017 170419 MM Rotkehlchen Varesvuo Markus w990 h6411

 

Phénomène naturel et fréquent, les jeunes oiseaux abandonnent le nid familial avant même de voler correctement. Une fois hors du nid, les parents savent encore les trouver pour les nourrir. La Station ornithologique de Sempach recommande donc de laisser les oisillons sur place.

Abandonnés seulement en apparence

Un oisillon qui a l’air abandonné et livré à lui-même ne l’est souvent qu’en apparence. Même hors du nid, les parents continuent à s’occuper de leurs petits et à les nourrir. C’est pourquoi nous conseillons de tout simplement laisser les jeunes oiseaux là où ils sont ! « Nous pouvons certes élever les oisillons mais nous ne pouvons pas leur transmettre tout ce qu’ils apprendraient de leurs parents » assure Vreni Mattmann, du centre de soins de la Station ornithologique suisse, en ajoutant « Et en captivité, leurs chances de survie sont tout de même diminuées ».

Quand faut-il intervenir ? 

En principe, la Station ornithologique recommande de laisser les jeunes oiseaux sur place. Il ne faut intervenir que lorsqu’un oisillon se trouve face à un danger imminent : si un jeune merle p. ex. est posé sur la chaussée, on pourra le transporter, même à mains nues, dans le buisson le plus proche. Les parents continueront à le nourrir.

Lorsqu’un oisillon est blessé, ou si ses parents ne se sont pas occupés de lui pendant au moins une heure, il vaut alors mieux l’amener au centre de soins le plus proche. La Station ornithologique communique volontiers les adresses utiles.

Que faire ?
Les oiseaux blessés ou malades et les oisillons de toute évidence abandonnés doivent être pris en charge par des spécialistes ! 

BirdLife

Vogelwarte Sempach

Centre de soin VD

Photo: Ce jeune rougegorge familier n’est pas encore indépendant et même hors du nid, ses parents continuent à s’occuper de lui.
photo © Markus Varesvuo

 

Créez votre Jardin "Oiseaux"

eglantier fleurs

Inviter la nature chez soi !

Pour l’homme moderne, soumis à une vie trépidante, le spectacle harmonieux de la nature et des espaces ruraux traditionnels constitue un facteur équilibrant. Alors, pourquoi ne pas l’introduire chez soi ? Planter une haie diversifiée, c’est s’offrir les couleurs et les parfums de ses fleurs, le vol de ses papillons, le chant de ses oiseaux ! C’est participer à l’harmonie des paysages et joindre l’utile à l’agréable. En plaine comme à la montagne, en ville comme à la campagne, aménageons des espaces de vie à la fois agréables et utiles sous l’angle de la biodiversité. Les oiseaux sont d'ailleurs d’excellents indicateurs de la qualité d’un milieu.

Voici quelques idées pour inviter la nature dans votre jardin... Facile à comprendre pour les débutants du jardinage avec des informations essentielles... Venez faire vous-même le mélange des couleurs !

La charte des jardins

S’engager à adopter quelques bonnes pratiques

Comment planter une haie indigène

Créez votre Jardin Nos Oiseaux

Liste des arbustes et arbres indigènes

La plantation d’une haie indigène est source de nombreux avantages aussi bien d’ordre esthétique que pratique. En effet, celle-ci permet de délimiter sa propriété de manière naturelle et s’harmonise parfaitement dans le paysage. Les buissons et arbustes qui la composent, offrent tout au long des saisons un festival de couleurs grâce à leurs fleurs, baies et feuillages. Ces essences dites locales, sont résistantes aux maladies et aux parasites et ne nécessitent qu’un entretien limité, en outre, les haies indigènes sont de véritables refuges pour la biodiversité, la faune et la flore, au sein de nos villages.