Diversité menacée : depuis 10 ans aucune avancée pour les aires protégées en Suisse

Pie griche corcheur

 

Communiqué de presse de BirdLife Suisse et Pro Natura du 30.11.2022

Cette semaine, la Convention de Berne à Strasbourg dresse le bilan des progrès réalisés par le réseau paneuropéen d’aires protégées « Emeraude ». Il y a dix ans, certains progrès étaient visibles en Suisse également. Mais alors que le réseau Emeraude ne cesse de s'étendre dans toute l'Europe1, le processus est arrêté en Suisse : depuis dix ans, la Suisse n'assume plus son obligation de mieux protéger les espèces animales et végétales prioritaires au niveau international. Par conséquent, seul 1,4 % de ce qui serait nécessaire a été fait. Ainsi, la Suisse reste non seulement la lanterne rouge de l'Europe en matière de zones protégées, mais elle expose également ses espèces prioritaires à un risque d'extinction.

LIRE LA SUITE

 

 

Oiseau de l'année 2023 : la rousserolle verderolle est un virtuose du chant

Sumpfrohrsaenger Wittlich 8475 web rez

 

BirdLife Suisse a élu la rousserolle verderolle oiseau de l’année 2023. Représentante typique des habitats humides avec fossés, mégaphorbiaies et saules buissonnants, elle occupe principalement le Plateau suisse dans les zones d’atterrissement des rivières, ruisseaux, lacs et fossés. Une grande partie de son habitat d’origine a été asséchée et détruite au cours des 150 dernières années.

Pour favoriser la rousserolle verderolle, il faut, dans le cadre de la mise en place d’une infrastructure écologique fonctionnelle, restaurer ses habitats, les sécuriser à long terme et maintenir leur qualité. Photo : Martin Becker

LIRA LA SUITE...

 

Des associations s’unissent pour la plantation d’un verger en faveur de la biodiversité. – Sion, 10 novembre 2022

IMG 9862 rez

 

Les associations Pro Natura et Le Rougegorge se sont associées à la FOVAHM, fondation valaisanne en faveur des personnes avec une déficience intellectuelle, pour réaménager près de 6000 m2 d’anciennes vignes à Montorge (commune de Sion). Un verger d’une quarantaine d’arbres fruitiers y a été planté afin de promouvoir la biodiversité.

A l’ouest du lac de Montorge, près de 6000 m2 d’anciennes vignes, appartenant à Pro Natura et à des privés, ont été réaménagés en un verger composé de 40 arbres fruitiers à haute tige, particulièrement attractifs pour la biodiversité. Cette plantation s’inscrit dans le cadre du projet « Relais écologiques dans le vignoble » qui vise à favoriser la diversité biologique dans les milieux viticoles. « Un large choix de variétés fruitières anciennes et locales de pommes, poires, prunes et cerises a été sélectionné par l’association Rétropomme, active dans la sauvegarde du patrimoine fruitier de Suisse romande » se réjouit Jérémy Savioz, chargé d’affaires à Pro Natura Valais. Ce verger sera par la suite entretenu par un arboriculteur de la région. Il servira notamment à proposer des cours de taille ainsi que des ateliers pour les écoles, encadrés par l’association régionale Le Rougegorge.

Le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable, dont l’objectif principal est d’augmenter la biodiversité tout en maintenant une activité agricole. Il comprend également un volet social grâce à la participation de la FOVAHM. « Notre fondation, par son atelier Ginkgo, est aussi active dans l’entretien des espaces verts. Nous sommes heureux de pouvoir diversifier les activités proposées à nos travailleuses et travailleurs en les intégrant à un projet de la protection de l’environnement » se félicite Nicolas Toffol, responsable de centre socioprofessionnel de la FOVAHM pour la région Sion-Sierre.

Les arbres fruitiers à haute tige ont pratiquement disparu du paysage agricole suisse, car progressivement remplacés par des méthodes d’arboriculture plus intensives et productives. Ils constituent pourtant de petits écosystèmes particulièrement attractifs pour la faune. « Leur floraison abondante favorise les insectes polinisateurs, tandis que leur développement facilite l’apparition de cavités très appréciées de nombreux oiseaux et petits mammifères » précise Kerstin Karbe-Lauener, présidente du Rougegorge. Elle ajoute : « Le grand nombre de variétés existantes constitue un patrimoine historique, paysager et gustatif séculaire à préserver ».

Par Jérémy Savioz, chargé d’affaires à Pro Natura Valais

 

Nourrissage hivernal - l'observation d'oiseaux à la mangeoire réjouit petits et grands

IMG 1838

Lorsque les temps sont durs pour les passereaux dans les agglomérations, le nourrissage fait de manière appropriée peut s’avérer être une contribution à la survie de ces oiseaux, surtout en hiver. En Suisse, ces espèces-là ne sont généralement pas menacées et sont bien adaptées aux conditions de vie prévalant chez nous. Par contre, les espèces rares et les espèces menacées de la Liste rouge ne visitent les mangeoires que rarement. Pour préserver une avifaune riche en espèces, l’objectif prioritaire reste la conservation d’habitats variés et intacts !

Les mangeoires donnent en outre l’occasion de faire de belles observations d’oiseaux de près. Il n’y a donc rien à objecter à un nourrissage approprié et modéré en hiver, mais il reste important de s’engager aussi pour les diverses problématiques urgentes de la protection de la nature et des oiseaux.
 

Quand peut-on nourrir les oiseaux ?

Temps que les températures sont douces, les oiseaux trouvent sans problème suffisamment de nourriture. Il ne faudrait par conséquent commencer à remplir les mangeoires qu'avec l'arrivée du gel persistant et lorsque le manteaux neigeux est continu. Les besoins nutritifs des oiseaux sont particulièrement élevés tôt le matin, la longue nuit leur ayant creusé l’estomac. Nous conseillons donc de garnir la mangeoire chaque soir d’un stock de nourriture suffisant pour 24 heures. 

BirdLife Suisse recommande de renoncer à nourrir les oiseaux toute l'année. Pendant la période de reproduction, surtout, la plupart des espèces d'oiseaux dépendent des insectes et autres petits animaux pour nourrir leur jeunes. La conservation et la promotion d'habitats intacts avec de nombreuses structures et une riche offre en fleurs est donc primordiale.

Lire la suite

Êtes-vous encore à la recherche d’un cadeau de Noël ?

Resize CdA 20181220

 

Voici quelques propositions - vous trouverez tous ces articles dans notre shop:

Livre « Oiseaux des jardins» de Bertrand Posse, Alain Barbalat, Pierre-Alain Ravussin

CD « Oiseaux des jardins»  de Fernand Deroussen et Noémie Delaloye

Nichoirs pour oiseaux cavernicoles et martinets noirs:  ces nichoirs sont produits en sapin suisse à la FOVAHM, fondation valaisanne en faveur des personnes avec une déficience intellectuelle. 

Les nichoirs sont livrés montés, avec une couche de vernis à l'huile de lin et le logo de notre association.

Indispensable jumelles et longues-vues de haute qualité pour des amis de la nature - chez TITZE CENTRE OPTIQUE - Rue de Lausanne 15 - 1950 Sion

 Photo: PAL

La Stratégie Biodiversité Suisse a dix ans et est un fiasco: une décennie perdue pour la biodiversité

Communiqué de presse du 24 avril 2022 de BirdLife

Rigolle FDN

 

Le 25 avril, cela fera exactement dix ans que le Conseil fédéral a adopté la Stratégie Biodiversité Suisse. Des 18 objectifs définis à l’époque, aucun n’est atteint une décennie plus tard.

Pire encore : Le Conseil fédéral n’a même pas essayé de promouvoir la communication sur la biodiversité, qui constitue pourtant notre base vitale. A l’occasion de cet anniversaire, une nouvelle analyse confirme ce triste constat.

Seul, un objectif est en passe d’être atteint à court terme : la conservation de la diversité biologique en forêt. Pour les deux tiers des objectifs, aucun progrès n’a pu être constaté ou l’état a même empiré.

LIRE LA SUITE

 

L'ANIMAL DE L'ANNÉE 2022 EST LE LÉROT

gartenschlaefer 1920x1239 cr frederic desmette

 

Le lérot (Eliomys quercinus) a été choisi comme animal de l'année 2022 par Pro Natura. Il sera l'ambassadeur des forêts naturelles et des paysages ruraux diversifiés en 2022. Ce rongeur nocturne au masque de «Zorro» hiberne jusqu'en avril. Le petit mammifère omnivore de la famille des gliridés commence ensuite une vie estivale turbulente.

Son masque noir à la «Zorro» et le petit pinceau noir et blanc au bout de sa queue distinguent le lérot de son cousin plus grand et plus connu, le loir.  Les lérots peuvent être présents dans toute la Suisse. Son aire de répartition principale se situe à environ 1’400 mètres d’altitude.  

Pourquoi choisir le lérot comme Animal de l’année?

Photo: Frédéric Desmette