Un petit oiseau tombé du nid - quoi faire ?

page 2017 170419 MM Rotkehlchen Varesvuo Markus w990 h6411

 

Phénomène naturel et fréquent, les jeunes oiseaux abandonnent le nid familial avant même de voler correctement. Une fois hors du nid, les parents savent encore les trouver pour les nourrir. La Station ornithologique de Sempach recommande donc de laisser les oisillons sur place.

Abandonnés seulement en apparence

Un oisillon qui a l’air abandonné et livré à lui-même ne l’est souvent qu’en apparence. Même hors du nid, les parents continuent à s’occuper de leurs petits et à les nourrir. C’est pourquoi nous conseillons de tout simplement laisser les jeunes oiseaux là où ils sont ! « Nous pouvons certes élever les oisillons mais nous ne pouvons pas leur transmettre tout ce qu’ils apprendraient de leurs parents » assure Vreni Mattmann, du centre de soins de la Station ornithologique suisse, en ajoutant « Et en captivité, leurs chances de survie sont tout de même diminuées ».

Quand faut-il intervenir ? 

En principe, la Station ornithologique recommande de laisser les jeunes oiseaux sur place. Il ne faut intervenir que lorsqu’un oisillon se trouve face à un danger imminent : si un jeune merle p. ex. est posé sur la chaussée, on pourra le transporter, même à mains nues, dans le buisson le plus proche. Les parents continueront à le nourrir.

Lorsqu’un oisillon est blessé, ou si ses parents ne se sont pas occupés de lui pendant au moins une heure, il vaut alors mieux l’amener au centre de soins le plus proche. La Station ornithologique communique volontiers les adresses utiles.

 

Que faire ?

Les oiseaux blessés ou malades et les oisillons de toute évidence abandonnés doivent être pris en charge par des spécialistes ! 
En Valais le  Centre de soin VS - Nouvel envol s'occupe des oiseaux tombés du nid ou en detresse.

Les adresses suivantes donnent des informations détaillées pour aider un oiseau.

BirdLife

Vogelwarte Sempach

Centre de soin VD - La Vaux-Lierre

Photo: Ce jeune rougegorge familier n’est pas encore indépendant et même hors du nid, ses parents continuent à s’occuper de lui.
photo © Markus Varesvuo

 

PROFITER SANS DÉRANGER

210317 Stoerungen Uhu Ralf Kistowski rez

 Les restrictions actuelles encouragent toujours plus de Suissesses et de Suisses à s’adonner à des activités de loisirs en plein air. Profiter de la nature implique de partager les grands espaces avec la faune locale. Il faut donc veiller à ce qu’elle ne pâtisse pas de notre délassement. 

Les journées qui se rallongent et le retour de la neige présagent de moments de détente au grand air pour ce week-end et ceux à venir. De leur côté, certains oiseaux commencent déjà à s’installer pour la saison de reproduction. Ils sont particulièrement vulnérables à cette période, et les dérangements peuvent vite occasionner des dégâts.

C’est pourquoi il est important de respecter les zones de tranquillité et de rester sur les sentiers balisés lors de promenades en forêt ou à la montagne. Dans tous les cas, il est impératif de garder ses distances avec les oiseaux et de ne surtout pas les déranger au nid. Photo © Ralf Kistowski

Profiter de la nature dans le respect de l’avifaune

Pour pratiquer nos loisirs en plein air et profiter de la nature tout en la respectant, elle et ses habitants, il convient de :

  • respecter les zones de tranquillité
  • rester sur les sentiers balisés
  • garder ses distances avec les oiseaux
  • ne surtout pas gêner les oiseaux au nid

Communiqué de presse de la Station ornithologique suisse 17.03.2021

 

 

Agir aujourd’hui pour préserver la beauté de la Suisse 

ResizerImage473X329 Fleurs

 

Notre nature, nos paysages et notre patrimoine bâti sont irremplaçables. Tous trois sont aujourd’hui gravement menacés dans notre pays :  

  • 60% des espèces d’insectes sont menacées. Cette menace pèse aussi sur nous, les êtres humains, car les insectes jouent un rôle essentiel pour assurer notre sécurité alimentaire, notamment par la pollinisation et la qualité des sols.  
  • Nos magnifiques paysages suisses sont sous pression, en particulier à cause de la construction. Ces dernières années, c’est l’équivalent de 8 terrains de football qui ont été construits par jour en moyenne.  
  • Notre patrimoine bâti est également victime du boom de la construction : des bâtiments historiques sont détruits, des lieux entiers sont vidés de leur âme.  

Cette perte est souvent irréversible. Lorsqu’une espèce s’éteint, lorsqu’un paysage est abimé et devient banal, lorsqu’un monument historique est détruit, ils ne connaitront pas de résurrection. Les instruments et les investissements actuels ne suffisent pas pour inverser la tendance. C’est pourquoi une large alliance regroupant des organisations actives dans l’agriculture, la sylviculture, la chasse, la pêche, les parcs, la recherche et la protection de la nature soutient l’Initiative biodiversité – pour que nos enfants puissent aussi connaître la beauté de la Suisse ! 

L'initiative biodiversité - pourquoi ?

 

UN INVITÉ EXCENTRIQUE

Mornellregenpfeifer rez Marcel Burkhardt w990 h660

 

Quand on dit oiseau de montagne, on pense à un chocard, un aigle ou un lagopède. Mais actuellement, nos reliefs abritent une rareté aux particularités hors du commun : le pluvier guignard. Inversion des rôles lors de la reproduction, timidité inexistante envers l’homme, le petit limicole, apparition si surprenante en montagne quand ses cousins fréquentent plutôt les zones humides en plaine, casse les codes.

C’est une des animations ornithologiques du mois d’août. Elle enchante spécialistes comme randonneurs et randonneuses, surpris de trouver sur leur chemin de montagne un petit limicole peu farouche : il s’agit de la visite annuelle du pluvier guignard. C’est dire que les autres espèces de sa famille sont plutôt associées aux zones humides de plaine, à l’image du vanneau huppé.

Photo: Marcel Burkhardt

VOGELWARTE SEMPACH - LIRE LA SUITE ...

 

Un martinet à terre - que faire ?

ResizerImage660X440

 

Un martinet noir posé par terre est toujours dans une situation anormale et a par conséquent besoin de notre aide.

Il faut tout d'abord déterminer s'il s'agit d'un jeune oiseau tombé du nid ou d'un adulte.

Les informations suivantes vous aideront à établir l'âge du martinet correctement.

Quelques conseils...

 

Les résultats de l'action "OISEAUX DE NOS JARDINS" du 4 au 8 mai 2022

JO SDG birdlife

 

 

Action «Oiseaux de nos jardins» – Les résultats définitifs

Plus de 4500 personnes, familles ou classes d'école, se sont lancées à la recherche d'oiseaux. Ensemble, elles ont signalé près de 148 000 oiseaux. Voici, dans l'ordre, les espèces qui ont été aperçues dans la plupart des jardins : merle noir, moineau domestique et corneille noire (voir ci-dessous). En ce qui concerne le nombre d'individus signalés, ce sont toutefois les moineaux domestiques qui ont pris l'avantage.

 

 

26 mesures importantes et urgentes pour conserver et développer la biodiversité

ResizerImage659X470Biodiversité – pourquoi est-elle si importante pour nous tous ?

La biodiversité – la diversité biologique – désigne la variété des espèces, celle régnant au sein des espèces (diversité génétique) et la diversité des écosystèmes. La Suisse compte 235 types d‘habitats, 45‘000 espèces et 12‘000 variétés de plantes cultivées, dont certaines ne se trouvent que dans notre pays.

Voir le document entier ici : Plan d'action Biodiversité Suisse 
Source: BirdLife Suisse 

Lire la suite

Nouvelle Liste rouge des oiseaux nicheurs d’Europe montre la responsabilité de la Suisse

Des 200 espèces d’oiseaux nicheurs en Suisse, plus de la moitié sont potentiellement ou effectivement en danger. Comme le montre la nouvelle Liste des oiseaux nicheurs d’Europe, 14 espèces nicheuses en Suisse sont menacées au niveau européen. L’ASPO/BirdLife Suisse et la Station ornithologique suisse, qui a livré les données helvétiques pour la liste rouge européenne, souhaitent renforcer leurs actions pour venir en aide aux espèces comme le vanneau huppé et à d’autres espèces menacées au niveau européen.

Communiqué de l’ASPO/BirdLife Suisse et de la Station ornithologique Suisse du 3 juin 2015

Pour plus d'informations voir... www.birdlife.ch

Programme de conservation des oiseaux en Suisse

Début 2003, BirdLife Suisse et la Station ornithologique suisse, avec le soutien de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), lançaient le "Programme de conservation des oiseaux en Suisse". Ce programme a pour but la mise en oeuvre de mesures de conservation spécifiques pour 50 espèces dont la protection a été jugée prioritaire par les deux associations. Des projets ont déjà été initiés pour plus de 20 espèces.

Vous trouverez les détails sur le programme et les fiches/informations sur les 50 espèces prioritaires sous: www.conservation-oiseaux.ch

 

 

Un phénix qui renaît de ses cendres

RQ FB SOS ResizerImage554X369

Lors de l’été caniculaire de 2003, la forêt au-dessus de Loèche, en Valais, a brûlé. Depuis cet incendie catastrophique, la nature a repris ses droits sur la surface dévastée et offre un habitat unique à de nombreuses espèces animales et végétales menacées, comme le montre une récente étude de la Station ornithologique de Sempach et de l’Université de Berne.

Lire la suite:  communiqué de presse de la Station ornithologique suisse à Sempach

Photo de Mathias Schäf

 

 

Tous les oiseaux de Suisse en ligne

Avifaune ResizerImage505X720

 

À temps pour la rentrée scolaire, l’intégralité du contenu de l’atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016 est maintenant disponible sur le site internet de la Station ornithologique de Sempach. Tout ce qu’il faut savoir sur les quelque 400 espèces d’oiseaux dans notre pays, dont 210 nicheuses, est accessible online et en quatre langues. Pour les écolières et écoliers, voilà l’occasion d’en savoir plus sur les oiseaux indigènes.

Tous les 20 ans, avec la collaboration de plus de 2000 bénévoles, la Station ornithologique suisse dresse un bilan aussi précis que possible de la répartition et des effectifs des oiseaux nicheurs indigènes. Les résultats de l’enquête 2013-2016 sont présentés dans le nouvel atlas des oiseaux nicheurs. Grâce à une méthodologie similaire à celle de l’atlas 1993-1996 et à l’aide d’outils d’analyses perfectionnés, les changements observés ont pu être représentés de manière quantitative sous la forme de cartes d’évolution de la densité et de la répartition.

Celles-ci montrent les changements parfois dramatiques constatés au cours d’un laps de temps relativement réduit. Un déclin particulièrement marqué est ainsi mis en évidence pour les oiseaux des milieux agricoles, alors que les espèces généralistes ont pu progresser. Les principaux résultats de l’atlas des oiseaux nicheurs sont présentés dans cette édition spéciale du rapport annuel Etat de l'avifaune en Suisse.

Knaus, P., S. Antoniazza, S. Wechsler, J. Guélat, M. Kéry, N. Strebel & T. Sattler (2018): Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013–2016. Distribution et évolution des effectifs des oiseaux en Suisse et au Liechtenstein. Station ornithologique suisse, Sempach. 648 pp.

En ligne
La base de données « Les oiseaux de Suisse » mise à jour et remodelée.
Et puis l’ensemble du contenu de l’Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016.