LA PIE-GRIÈCHE ÉCORCHEUR

PGE resizedDès la mi-mai, ce magnifique oiseau masqué peut être admiré au bord de nos champs, perché au sommet d’un buisson, d’un piquet ou profitant d’une ligne électrique. Bien en évidence, le mâle scrute inlassablement son territoire en quête de proies : insectes, lézards et petits mammifères.  La femelle, plus discrète par ses couleurs et son comportement, passe souvent inaperçue.

Le nom barbare d’écorcheur vient d’un comportement particulier de ce passereau: Chassant des proies souvent trop grandes pour être consommées directement, il utilise des garde-manger nommés lardoires. Empalant sa nourriture sur de longues épines, il peut ainsi y découper régulièrement sa pitance.

Des buissons de pruneliers, d’aubépines et d’églantiers, entrecoupant régulièrement les champs, permettent à cet oiseau, légèrement plus petit qu’un merle, de s’y installer et de rendre un service important : manger les campagnols. Par ces bosquets, le paysage et la biodiversité en ressortent merveilleusement améliorés.

Après avoir élevé sa famille, il se retire début août dans son quartier d’hiver au sud de l’Afrique. Un voyage de 6’000 à 12’000 km !

IDENTIFICATION

La pie-grièche écorcheur est un très bel oiseau, avec la tête et le cou gris clair, le dessous du corps blanc rosé. Le dos est rouge brunâtre, un large bandeau noir traverse le front, au-dessus des yeux. La femelle est d'un brun-roux au-dessus, d'un blanc sale au-dessous, avec des ondes plus sombres sur la poitrine et sur les flancs. Les jeunes oiseaux ressemblent aux femelles, mais ils ont aussi des ondes sur le dos. La pie-grièche a une queue assez longue qu'elle agite souvent, et de plus en plus vite lorsqu'un danger se fait plus pressant.

PGE fem resized

 

HABITAT

L'habitat de la pie-grièche écorcheur se caractérise par des milieux ouverts de campagne cultivée (prairies de fauche, pâtures, talus enherbés…) parsemés de haies ou bosquets, de zones ponctuelles de buissons épineux ou de broussailles. Elle occupe notamment le prunellier, l'aubépine et l’églantier.

NIDIFICATION

Son nid est habituellement un peu au-dessus du sol, au maximum de un à trois mètres, et souvent dans des buissons épineux. Les deux partenaires participent à son édification, mais ce n'est que la femelle qui couve ses quatre à six œufs. La couvaison dure de quatorze à seize jours, puis les parents nourrissent les petits durant la même période, tant qu'ils sont au nid. Ils s'en occupent encore trois semaines, alors qu'ils sont déjà capables de voler. La pie-grièche écorcheur n'élève qu'une seule couvée par an.

 PROTECTION - MENACES

Espèce en nette régression dans toute son aire de répartition dans l'UE. Menacée par la modification et la disparition de son habitats par suite à la modernisation de l'agriculture, l'usage des insecticides et les reboisements. En Suisse, la pie-grièche écorcheur a diminué d’environ 40% depuis 2000 (Figure 5).

SOURCES